En 2014 j’ai été Steve Rogers, Wolverine, un serial killer (TIN !), un astronaute, un mec assis, une Tortue Ninja, Star-Lord et un mec en plein date.

2015 commence en février, c’est ainsi, janvier n’était qu’un mois de transition pourri voilà bon. Ça fait plus d’un an que je n’ai pas écrit sur ce blog et pour cause, j’avais pas envie. Parce qu’en fait, l’utilité de ce blog qui n’est pas fermé (sinon je n’écrirais pas cet article en cet instant) c’est justement d’y écrire quand j’en ai envie et pas essayer d’être régulier pour telle ou telle raison. La régularité ça m’emmerde.

2014 c’était cool. Y’a des projets personnels prévus qui se sont réalisés et d’autre non, annulés ou repoussés mais dans l’ensemble je suis plutôt content.

Alors les Filmo-Critiques ça continue oui et je kiffe toujours faire ces vidéos un peu pourries avec ce concept toujours aussi bancal que je ne maîtrise toujours pas au bout de quatre années (mais c’est ma faute principalement). Le fait est que même si je pense qu’en l’état ça ne fonctionne pas comme ça devrait, j’apprend quand même énormément de choses à faire ces vidéos et c’est toujours de l’acquis pour des projets futurs qui pourraient bien se concrétiser (parce que les Filmo-Critiques c’est bien gentil, voilà).

Captain America : Le Soldat de l’Hiver

X-Men : Days of Future Past

American Nightmare 2 :  Anarchy

La Planète des singes : l’affrontement (même si la vidéo ne veut rien dire)

Le Labyrinthe

Ninja Turtles

Les Gardiens de la Galaxie

Les Pingouins de Madagascar

J’ai aussi fait deux vidéos de merde sur ma chaîne YouTube perso. Une pour me moquer un peu du défi « A l’eau ou au resto » et l’autre pour célébrer la Noël. C’est de la merde ça aussi mais j’aime bien.

En terme d’inspiration, 2014 ça a été super cool aussi, des moments forts lors de Japan Expo notamment où, sous l’influence et l’insistance de ce cher Alexis Lemée, je me suis fait pousser des bolox pour demander à quelques personnalités FrenchNerd des interviews, ce qu’ils ont accepté avec une gentillesse hors du commun (désolé pour celle de François Descraques qui s’est déroulée juste après la demande, j’étais encore sous le choc, pas du tout préparé et c’était la première ce qui fait que c’est un peu plus décousu), j’étais aux anges.

François Descraques (réal sur Le Visiteur du Futur et Les Opérateurs)

Slimane-Baptiste Berhoun (réal sur J’ai jamais su dire non, La Théorie des balls et Les Opérateurs)

Pasquéoz (Illustrateur, graphiste et co-concepteur du jeu de société Le Visiteur du Futur – la relève)

J’ai aussi participé à la figuration pour leur websérie La Théorie des Balls, l’épisode en question n’a pas encore été diffusé mais j’ai hâte !

Enfin, une autre interview a été réalisée lors de cette JE, avec Alexis qui s’est incrusté pour les questions fort heureusement car niveau jeux vidéo c’est plus lui l’expert que moi donc merci et bravo à lui.

Esken pour The Ultimatest Battle

A part la JE j’aurais pas fait énormément de festival/convention mais côté Alexandre Astier, j’ai vu l’Exoconférence qui est complètement géniale et dans un second temps je l’ai vu sur scène à l’issue d’une projection du film Astérix : Le Domaine des Dieux, également réalisé par Louis Clichy où ils étaient tous deux présents pour répondre aux spectateurs.

Enfin, un grand merci à tous les gens qui m’ont aidé sur tous ces projets (les noms sont à chaque générique, je vais pas m’amuser à citer tout le monde non plus). Y’a plein de trucs cool qui s’annoncent pour cette année et même si j’ai rien glandé de tout le mois de janvier, j’espère que je vais pouvoir produire plein de choses nouvelles avec plein de gens géniaux. En supposant que ça soit pas trop naze en tout cas. Bisous ❤

Publicités

En 2013 j’ai été le Magicien d’Oz, Tony Stark, Clark Kent, Batman, Robin, un flic, Machete, Thor et Walter Mitty

Plusieurs mois que je n’ai pas écrit ici et pour cause, j’ai été pas mal occupé ces derniers mois. Désolé pour mes deux lecteurs assidus et voici une courte explication. En stage à Allociné.fr pendant 6 mois de juillet à décembre 2013 (un article sur le sujet sera écrit plus tard), avec toujours mon job étudiant le week-end, je me demande encore comment j’ai trouvé le temps de faire mes Filmo-critiques pour Screen-Play (excellente transition).

Les Filmo-critiques est un concept vidéo que j’essaye de développer depuis 2010, en parallèle du lancement de Screen-Play, le principe est de faire des vidéos « critique de films » mais sous la forme d’une petite fiction, toujours plus ou moins inspirée du film qui est critiqué. Dans les vidéos de 2010, j’avais déjà cette ambition là mais faute de moyen (une caméra pourrie dont la prise de son était juste ignoble, moi tout seul et pas de pied de caméra ce qui limite grandement les choix dans la prise de vue, et le fait que je n’osais pas sortir de chez moi pour faire les dites vidéo) ont fait que la plupart des premières vidéos ressemblent à n’importe quelle autre vidéo critique que l’on peut voir sur YouTube, c’est à dire, un mec qui parle en face caméra (même si j’essayais de rajouter un petit truc de fiction par-ci, par-là).

En 2013, trois ans après, j’ai enfin réussi à mener mon concept là où je l’imaginais au départ, c’est à dire faire de véritables petites fictions et insérer la critique du film au milieu. Cela grâce à de nouveau moyens (j’ai investi dans du matos un peu mieux) et avec l’aide d’énormément de gens sans qui je n’aurais jamais pu faire tout ça. Bref, aujourd’hui je suis hyper content même si le résultat est loin d’être parfait, il faut avouer que pour moi, faire ce genre de vidéo c’est aussi une façon de m’entraîner à faire des trucs mieux par la suite, un genre d’exercice quoi et je suis quand même fier du rendu quand on se dit que la réalisation d’un tel truc doit se faire hyper rapidement car, une fois le film vu il faut écrire, tourner puis monter en essayant de sortir la vidéo à peu près aux alentours de la sortie du film au cinéma, ce qui est toujours un peu compliqué surtout quand on a un job à côté.

(Oui, c’est long, mais ça fait longtemps que j’ai pas écrit et là, je me lâche, ça te pose un problème ?)

DU COUP, si jamais vous passez par-là et que vous n’avez jamais vu l’une de mes filmo-critiques, c’est avec un immense honneur et beaucoup de ma générosité que je vais vous les diffuser ici même (celles de cette année du moins).

Le Monde fantastique d’Oz avec A.L.C.

Iron Man 3 avec Alexis Lemée.

Man of Steel avec plein de gens mais notamment Florian, Benoît, Adeline et Arthur.

Pacific Rim, quasiment seul tout sauf pour la toute fin avec Maryella.

Machete Kills, la première d’une longue série avec les Allostagiaires.

Thor : Le monde des ténèbres (Allostagiaires).

La Vie rêvée de Walter Mitty (Allostagiaires).

2014, on continue sur la lancée (tant qu’à faire), déjà quelques idées sur les deux prochains films à critiquer, après faut voir si ça se concrétise quoi. Merci à tous ceux qui ont participé à ces vidéos (si vous voulez des noms, suffit de regarder les génériques de chaque vidéo, il n’y a aucun oubli). Bisous, bonne année, bonne bourre.

Instaslip is coming.

19882_borat_or_borat-cultural-learnings-of-america-for_1280x1024_(www.GdeFon.ru)

Bonjour. Des gens se sont plaint qu’un jour, j’ai fait comme l’a si bien nommé cette chère Catherine K. un Instaslip sur Instagram. Alors que j’avais prit cet Instagram pour démontrer la bizarrerie du pliage de mes caleçons fraîchement acquis, les gens se sont courroucés que je dévoile ma lingerie en public.

C’est pourquoi, après mure réflexion, j’ai décidé de lancer le mois de l’Instaslip (marqué déposée) en Avril car, c’est bien connu, « En avril, ne te découvre pas d’un slip ». Toujours les jours à partir du mercredi (jour des sorties ciné) 3 jusqu’au 30 avril, une photo de lingerie différente. Cela n’a aucun but, j’aime bien me fixer des objectifs qui n’ont aucun sens.

Merci à vous et pour finir, voici la photo par laquelle tout à commencé : http://instagram.com/p/Wp3BdFOOyy

Empire Sex Building – Exercice d’animation #5

Voici l’exercice qui me plait le plus parmi tous ceux que nous avons réalisés. Déjà l’animation en papier découpé c’est super cool. Ici, le but était de faire une animation d’au moins 10 secondes impliquant deux personnages (pour que chacun en anime un). Très rapidement, nous sommes parti sur quelque chose de mécanique notamment Gaspard qui voulait absolument animer un énorme monstre de fer. D’ici, j’ai d’abord pensé à lui faire rencontrer une princesse renard (le truc qui n’a aucun sens mais ça nous plaisait) et puis finalement, j’ai préféré faire une robot-prostituée. Du coup, avec ces deux personnages, l’idée de faire une sorte de mini-remake de King Kong est vite arrivée d’où le décor au nom si particulier qui deviendra alors le nom de ce petit film.

Grande différence avec les autres vidéos, celle-ci est doublée, bruitée et musiquée ! Oui, ça aussi c’est une volonté que nous avons eut très tôt avant le tournage avec Gaspard étant donné que le sujet était beaucoup plus libre que nos autres exercices. Ce n’était pas une contrainte du cours puisque nous sommes uniquement notés sur l’animation mais on voulait le faire pour NOUS. Voilà pourquoi Gaspard a donc fait la musique, les bruitages et la voix du Monstre alors que j’ai fait la voix de… la prostibot.

Il reste donc plus que le dernier film de cette collection « Exercices d’animation ». Il est moins bien que ça mais mieux que le tout premier. Enfin, je crois.

Exercices d’animation #4 et #7 – « Bonhommes »

Encore une fois, j’ai couplé deux exercices d’animation en une vidéo parce que ceux-là non plus ne méritent pas d’avoir leur propre fenêtre pour crier ce qu’il… je vais pas finir cette phrase, elle est pourrie.

Et dans ces deux-là mettent en scène des « bonhommes » d’où le titre magnifiquement inspiré. Pour le premier (#4), la consigne consistait à animer une silhouette pré-découpée directement sur After Effects qui attend un coup de téléphone. Le second (#7) devait nous faire travailler le dessin animé dont le personnage de notre choix devait se transformer en cucurbitacé de notre choix.

Le #4 a été réalisé avec mon binôme Gaspard, on a décidé d’expérimenter l’outil des « clés » sur After Effects et ça a donné ça. Ya des trucs bizarres, mais le résultat est un peu cartoon et exagéré et ya un truc pas voulu qui fait classe, l’espèce de travelling circulaire très lent autour du personnage. Le dessin animé, c’est de moi tout seul, tournage, dessin, réalisation, idée, tout ça tout ça et c’est l’une des formes d’animation les plus encourageante surtout quand on voit au montage que ça l’fait plus ou moins après les heures de dessins (alors que yen a pas tant que ça pour si peu de temps, on devait faire 2 secondes minimum). Les deux dernières vidéos auront leurs articles distincts parce que voilà. Voilà.

Exercices d’animation #2 #3 et #6 – Spéciale BOULES

imgboules

Suite de l’article précédent qui date d’environ deux siècles (le mois de janvier a plutôt été intensif entre la Haute-Savoie, les partiels, un retour au bercail, la Belgique, une semaine de cours intensifs de montage sur Avid et Londres), voici trois exercices réunis en une vidéo puisque les trois ont la particularité d’être des films de boules.

Alors que les #2 et #3 sont le même sujet « balle qui rebondit » proposés avec deux techniques bien différentes, le #6 est un sujet à part puisqu’ici il fallait tenter d’exprimer la colère avec une boule de pâte à modeler.

Contrairement au premier exercice, les sujets étaient donc imposés et surtout pour nous entrainer sur ces différentes techniques mais aussi sur l’étude du mouvement d’une balle sur les deux premiers exercices, le #6 étant surtout pour essayer de donner vie à un objet inanimé plus qu’étudier le mouvement réel d’un objet par l’animation. Si les deux premiers sont assez basiques, on a quand même pu plus s’éclater avec la poudre animée puisque nous avons utilisé des grains de riz et de café pour faire s’entrechoquer deux balles rebondissantes à une vitesse et trajectoire initialement différentes. Je dis « on » puisque les projets #2 et #3 ont été co-réalisés avec Gaspard M. tandis que le #6 est une oeuvre personnelle mais pour laquelle Gaspard a joué le rôle du cadreur.

Reste plus que les exercices #4 et #5 (non, je ne les ai pas oubliés) et #7 puis le #8 qui sera le film final au sujet libre.

Exercice d’animation #1 – Avant le début des cours

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas posté ici. Depuis la fin du Calendrier Star Wars. Noël, Jour de l’An, Partiels, tout ça, tout ça… Bref, si vous voulez des news concernant le court-métrage où beaucoup d’entre vous ont participé (merci beaucoup d’ailleurs), et bien je n’ai encore rien écrit mais je vais m’y mettre dans pas longtemps maintenant que je vais avoir un peu plus de temps pour m’y plonger. J’essaye déjà de répertorier tous les défis et de voir ceux qui peuvent se mettre ensemble et tout, ça va être du grand n’importe quoi mais bon, c’est ça qui va être fun !

En attendant le court-métrage final, je vais vous présenter quelques petits exercices d’animation que j’ai réalisé au semestre dernier. En effet, étant en L2 Cinéma, j’ai naturellement prit le module « exercice réalisation d’animation » au premier semestre et je n’ai pas été déçu parce que c’était grave cool sa grand-mère. Les films que vous allez voir ne sont pas de vrais court-métrage, mais plutôt des exercices. Y’en a dont je suis fier, d’autres moins, mais de manière générale, c’était surtout pour nous entraîner que dans le but de faire un vrai film derrière.

Le premier exercice est particulier puisque le sujet était libre, il fallait faire 10 secondes minimum et surtout, nous devions le réaliser avant même de commencer réellement les cours d’animation. En gros c’est du freestyle total.

 

Voici donc le résultat, plutôt laid et surtout qui ne veut rien dire. Bien évidemment, je m’y suis prit à la dernière minute concernant le tournage (car l’idée végétait déjà dans ma tête une semaine avant) et au final j’ai donné un truc baclé et j’ai même oublié de tourner des plans indispensable à une meilleure compréhension. En gros, l’idée c’était que le petit personnage ne soit pas content d’arriver dans un programme télé, qu’il le découpe et qu’il le transforme en une BD (ici un album de Franquin A.K.A. Dieu) et qu’à la fin, il devienne un personnage de cette BD (et cette fin est une idée de Marion D., j’ai promis de la créditer).